Actions concrètes pour réduire son impact sur l’environnement

Quels changements de notre mode de vie pouvons nous mettre en place dans notre quotidien, dès maintenant, pour réduire son « impact carbone » c’est-à-dire notre impact, notre trace, sur l’environnement ?

De nombreuses actions, simples, existent et sont des petites actions individuelles portées sur des courants comme le zéro déchet et le minimalisme qui permettent à notre échelle de contribuer à diminuer la massacre écologique.

La question de notre action action sur la protection de l’environnement

Car oui on peut parler littéralement de massacre écologique. L’intervention de l’homme est partout, sur toute la Terre et dans tous les domaines. L’action de l’homme perturbe, désorganise et détruit les écosystèmes naturels déjà mis en place.

Il faut savoir et se rappeler que l’homme est une des dernières espèces apparues, et la Terre vivait très bien avant nous ! La Terre n’a pas besoin de l’homme et de son intervention pour tourner – au vu des mentalités actuelles, j’ai l’impression que beaucoup pensent le contraire… –

J’avais comme projet d’écrire cet article et proposer des actions, mais pas maintenant. Si j’ai décidé de l’écrire là c’est avec cet élément déclencheur : les feux en Amazonie.

Cette tragédie me perturbe, mais en plus des nombreuses catastrophes écologiques qu’on apprend tous les jours, celle-ci est différente car les médias, les politiques, les « Élites » et « Hautes Sphères de ce monde » comme certains peuvent les appeler, qui dirigent nos sociétés nous mentent.

La forêt Amazonienne est en feu depuis début juillet et on en a entendu parler que fin août ! Que s’est-il passé entre temps ? A l’aire où les informations circulent en une seconde, c’est impensable de ne pas être au courant – cette information est-elle arrivée par pigeon voyageur ?? Ou le pigeon a sûrement pris feu en volant au-dessus des incendies pour nous alerter ? … –

Et pourtant si, on nous a caché qu’un des principaux acteurs qui font que nous puissions respirer un air à peu près potable meurt encore un peu plus tous les jours.

La réalité du réchauffement climatique

Le réchauffement climatique est malheureusement une réalité ! Les humains sont dans le dénis, qui est une réaction normale pour se protéger, mais ce n’est pas en faisant l’autruche que les choses vont s’améliorer, bien au contraire. Nous sommes tous responsables car nous avons tous un impact sur les ressources de la planète. Même si nous ne sommes pas décisionnaire des actions prises dans nos sociétés, nous avons le pouvoir et l’action de changer les choses à notre échelle.

Voici un bref éclairage sur ce qui se passe en ce moment :

🔥 les îles Canaries sont en feu
🔥 la Californie est en feu
🔥 L’Oregon est en feu
🔥 Washington est en feu
🔥 Columbia est en feu
🔥 L’Alberta est en feu
🔥 Montana est en feu
🔥 la nouvelle-Écosse est en feu
🔥 la Grèce est en feu
🔥 le Brésil est en feu
🔥 le Portugal est en feu
🔥 Algeria est en feu
🔥 L’ANTARCTIQUE est en feu
🔥 L’espagne est en feu
🔥 L’AMAZONIE est en feu

⛈ le Texas est sous l’eau
⛈ L’Inde, le Pakistan et le Népal connaissent des moussons sans précédent et sont sous l’eau
⛈ Sierra Leone et Nigeria avec des inondations massives sous l’eau

🌞 L’Italie, la France, l’Espagne, la Suisse, la Hongrie, la Pologne, la Roumanie, la Bosnie, la Croatie, et la Serbie sont attaquées par une onde de chaleur impressionnante
🌞 le sud de la Californie sous une onde de chaleur infernale
🌞 D’habitude en août, la ville de San Francisco arrivait à records de 106 degrés, quand elle arrive maintenant à 115 degrés Fahrenheit. Pendant que la Caroline du nord continue aussi à chauffer

🌎 le volcan de Yellowstone enregistre 2,300 mouvements depuis juin
🌎 tremblement de 5.3 Frappe Idaho
🌎 tremblement de terre du Japon 6.1 avec alerte tsunami
🌎 tremblement de Mexico de 8.2 avec alerte tsunami
🌎 tremblement de terre au Mexique de 7.1
🌎 tremblement de terre au Chili de 5.0

🌊 les ouragans Harvey, Irma (les plus grands de l’histoire jamais enregistrés), Jose et Katia sont en train de ratisser l’atlantique

Ne pas laisser place à la peur, le changement n’intervient que dans la bienveillance

Ces événements que je lis m’angoissent… Mais je ne laisse pas place à la peur car je sais que l’espèce humaine est en train de se rendre compte que ses actions ont des conséquences sur son environnement général. Que chaque action a des répercutions dont nous ne pouvions pas imaginer.

J’observe autour de moi que les consciences s’élèvent, que les mentalités changent, les gens sont plus sensibilisés et se demandent souvent quoi faire, comment faire pour pouvoir contribuer à réduire son impact environnemental.

Je ne suis pas là pour juger, encore moins donner la morale. Je ne suis pas militantiste, bien au contraire, j’essaie de diffuser l’information que je connais, mes impressions, MA réalité. Je ne suis pas parfaite, loin de là, j’ai encore beaucoup de chemin à faire. Je donne ici des exemples d’actions et petits pas que nous pouvons faire, moi-même je ne fais pas toute les actions que j’ai décris, chacun évolue à son rythme.

La plupart des discours activistes se basent sur la peur. Je préfère me baser sur l’information, l’espoir et la confiance. L’espoir que chaque personne fasse des petites actions, évoluent tous les jours en ce sens. Et la confiance car nous faisons cela sans attendre quoi que ce soit en retour.

Si nous réussissons ? Tant mieux, c’est un cadeau !
Si nous échouons ? Nous aurons au moins le mérite d’avoir essayé et et ça valait malgré tout le coup d’être fait.

« Chaque jour nous faisons un petit pas, puis un autre, encore un autre, et au final quand on se retourne on observe le long chemin parcouru. »

La sobriété heureuse, un retour à l’essentiel

J’en ai fini avec mon blabla, je pense avoir dit l’essentiel de ce que j’ai sur le cœur.

Je conclue cette longue introduction par une citation que j’aime beaucoup qui je trouve résume bien notre société de sur-consommation :

citation-motivation-mots-irene-grosjean-naturopathie-nature-societe-consommation-abondance-naturel-kick-my-mind

Quel est le plus important ?

Vous verrez, ou vous connaissez peut-être si vous avez déjà entrepris cette démarche, mais quand on a une « conscience écologique » et qu’on mène des actions pour changer son quotidien, cela touche tous les plans de notre vie : l’alimentation, la santé, plus de naturel, de zéro déchet, de minimalisme, de seconde main… Nos centres d’intérêts et nos priorités évoluent.

En tout cas c’est ce que je ressens et mon expérience personnelle, je ne suis plus dans la sur-consommation, l’achat impulsif qui sont des distractions à « plaisir court », j’ai compris que la vie se résume dans des choses plus subtiles, simples, naturelles, spontanées…

J’explique dans mon article de présentation quel a été l’élément déclencheur pour moi et ma prise de conscience écologique.


Les actions individuelles pour limiter son impact environnemental

A présent, place aux actions concrètes ! J’ai fait cette liste en essayant de répertorier les changements que nous pouvons appliquer. Bien sûr, cette liste est non exhaustive et je compte sur vous pour m’aider à la compléter ! Dites-moi en commentaire les actions auxquelles vous pensez pour que je puisse les rajouter 🙂

Dans ma cuisine

reduire-dechet-zero-waste-minimaliste-cuisine-vaisselle-savon-solide-brosse-recyclable-biodegradable-kick-my-min
  • On peut remplacer les éponges synthétiques par une brosse à tête interchangeable pour faire la vaisselle et éponge naturelle ou tawashi ou un simple chiffon pour nettoyer les surfaces (à la place du bon vieux sopalin qui est jetable).
  • Il est tout à fait possible de faire la vaisselle avec un bloc de savon de Marseille.
  • On privilégie le savon solide plutôt que le gel douche pour se laver les mains.
  • On peut remplacer les films alimentaires et papier aluminium qui servent à emballer des produits par du Bee’s wrap ou tout simplement des tupperware en verre (j’en ai pleins et de différentes tailles qui me permettent de stocker dans mon frigo les différents aliments et repas déjà prêts).
  • Le papier cuisson traditionnel par du papier cuisson biodégradable que l’on trouve facilement en magasin bio.
  • On pense bien à faire le tri sélectif, vous pouvez vous renseigner auprès de votre Mairie pour connaître les emballages qui se recyclent car cela change en fonction des points de tri sélectif.
  • On privilégie les pailles en bambou, métal ou verre à la place des pailles jetables.
  • On pense à amener sa gourde en inox partout avec soi afin d’éviter l’achat de bouteille en plastique. Pour ceux qui ont l’habitude d’acheter de l’eau en bouteille, il est tout à fait possible de prendre de l’eau du robinet et la mettre dans une grande carafe en verre au frigo dans laquelle on place un morceau de charbon qui va filtrer l’eau et enlever les impuretés.
  • On diminue au maximum les ustensiles en plastique et jetables.
  • On privilégie le thé, tisane en sachet vrac plutôt que les sachets individuels. Et le café moulu en vrac plutôt que les dosettes car cela fait beaucoup de déchet peu traité.
  • On peut également mettre en place un compost afin de composter nos déchets alimentaires (coquilles œufs, épluchures, carton…).

Pour les courses

reduire-dechet-zero-waste-minimaliste-bocaux-vrac-achat-alimentation-manger-bio-sain-kick-my-mind

Le mieux est d’acheter de préférence des aliments locaux, de saison et bio – pour le respect de la planète mais aussi de nos corps, attention aux effets des pesticides et autres substances chimiques sur nos cellules… –

  • On privilégie les achats en vrac en magasin bio (c’est de réelles économies financières d’acheter en vrac, vous verrez la différence !). On pense à réutiliser les sachets en papier craft que l’on trouve en magasin ou on vient avec nos propres pochons en tissus (j’utilise par exemple tous les pochons que nous recevons lors de commandes de produits sur internet).
  • On stock ensuite à la maison dans des pots en verre, on garde pour cela tous nos bocaux et on peut en trouver des vraiment pas cher en brocante ou sur des sites d’occasion (j’ai acheté pleins de bocaux de la marque « le parfait » via Leboncoin). En plus ça fait une déco sympa dans la cuisine avec tous nos bocaux 😉
  • On privilégie l’achat local directement auprès des producteurs sur les marchés, les magasins de producteurs etc. Nous avons la chance en France d’avoir de nombreux marchés pour trouver des produits locaux et de saison (attention cependant des fois on trouve de tout sur les marchés avec des produits venant de l’autre bout du monde ou de Rungis directement, demandez aux commerçants si c’est leur propre production 😉 ). En plus cela permet de créer du lien et de rencontrer les producteurs proches de chez nous !
  • Les produits frais demandent d’être plus attentifs car ils peuvent vite rancir. Pour cela, on privilégie d’acheter peut-être moins mais plus souvent, il faut « gérer son stock » alimentaire pour éviter le gaspillage. On peut congeler ses fruits s’ils sont trop mûrs pour en faire des glaces avec de la banane par exemple (on mixe banane et autre fruit surgelé).
  • Si vous avez un extérieur, même un petit balcon, vous pouvez commencer à faire un potager, planter et cultiver vos propres aliments – au moins des tomates ou des fraises sur le balcon en été 🙂 miam –
  • Pensez à diminuez votre consommation de viande et de poissons. Oui ça doit probablement vous saouler d’entendre tout le temps cela, mais c’est une réalité. L’élevage est une des principales sources de pollution car il faut des terres pour y mettre les bêtes, des terrains pour y cultiver les céréales que mangent les bêtes etc. Sans parler de la pêche industrielle qui détruit les fonds marins.
    Et trop manger de protéine animale peut fortement causer des problèmes de santé (cancer, maladies cardiovasculaires…) si la consommation de protéine dépasse 5% de notre alimentation. Et 5% c’est peu, donc on dépasse tous ce stade. La carence en protéine est une peur créée par les lobbies de la viande pour pousser à la sur-consommation. Il faut savoir qu’il nous faut juste un petit morceau pour atteindre nos quotas et besoin de protéine.
alimentation-sante-vegetarien-vegan-vegetalien-corps-manger-sain-healthy-bien-manger-kick-my-mind

Il faudrait revenir à une alimentation d’antan, comme nos aïeuls, où les aliments étaient naturellement bio car il n’y avait pas de pesticide, où les aliments étaient locaux, de saison car provenaient de la région, où l’on cuisinait majoritairement ses repas c’était du fait-maison et où la viande et poisson étaient des repas d’exception, de « fête ».

Notre alimentation devrait être basée sur la QUALITÉ et non la QUANTITÉ.
Voici un article sur les dangers d’une alimentation transformée.
Et mes recettes de cuisine qui peuvent peut-être vous donner des idées.

Pour l’entretien de ma maison

J’ai prévu de vous faire un article avec les recettes des produits d’entretien naturels que j’utilise. Faire ses propres produits d’entretien permet de supprimer les ingrédients toxiques que l’on trouve dans les produits des supermarchés, c’est économique car les ingrédients utilisés sont très peu cher et on a besoin de moins de produit – donc moins d’emballage plastique – car les ingrédients utilisés sont multi usages, et en plus c’est très simple et facile à réaliser ! Donc pourquoi s’en passer ? 😉

  • Nous n’avons pas besoin de 3000 produits d’entretien. En réalité un produit peut servir à tout nettoyer : le vinaigre de cidre.
    Pour cacher l’odeur du vinaigre de cidre, je le fait infuser dans un bocal avec des épluchures d’agrumes (citron, orange, clémentine, pamplemousse…). En plus de sentir bon, les agrumes sont des antibactériens naturels.
  • Le vinaigre de cidre ainsi infusé me sert à nettoyer toutes les surfaces de ma maison (cuisine, salle de bain, vitre, frigo, sol…). On peut y ajouter un peu de bicarbonate de soude et de savon noir si l’on veut.

Je fais ma propre lessive au savon de Marseille, avec du vinaigre de cidre que j’utilise en adoucissant ; mes propres pastilles pour lave vaisselle. Et on prévoit une pile de vieux torchons ou de vêtements usagés pour enlever la poussière et nettoyer les surfaces.

Je vous invite à lire mon article sur les dangers des perturbateurs endocriniens dans notre quotidien.


Dans ma salle de bain

cosmetique-soin-maquillage-bio-naturel-green-vs-conventionnel-ingredients-inci-kick-my-mind
  • On privilégie les formes « solides » (savon visage et corps, shampoing, après shampoing, dentifrice, déodorant…) au maximum pour réduire les emballages. Ou choisir des emballages en carton (pour les déodorants par exemple).
  • A la place de la fleur de douche, on peut utiliser un gant de toilette, une éponge loofa qui est une éponge naturelle, ou bien juste ses mains.
  • On peut opter pour la fameuse brosse à dent en bambou ou à tête interchangeable pour limiter le plastique non recyclable.
  • Si on achète les produits déjà fait, on privilégie les flacons en verre qui sont durables et facilement recyclables (et à l’infinie).
  • Les huiles végétales brutes et bio sont excellentes car on peut s’en servir pour remplacer de nombreux produits, et économique car il en faut très peu : huile pour le visage et le corps à la place d’une crème, pour les cheveux, en bain de bouche (je pense à la coco par exemple)…
  • Pour les femmes, tous les mois nous avons nos règles.Ce n’est pas une partie de plaisir et en plus cela engendre beaucoup de déchets avec les tampons et serviettes. Je vous propose d’utiliser à la place une cup menstruelle, des serviettes réutilisables et des culottes menstruelles ! Même si c’est plus cher à l’achat, vous ferez de réelles économies sur la durée et le plus apportant, vous y gagnerez en confort – croyez-moi, j’ai opté pour la culotte menstruelle et ça change la vie ! C’est comme si nous n’avions rien –

C’est par cette pièce de la maison que j’ai commencé ma transition écologique. Je suis passée de cosmétiques, soins et maquillage conventionnels aux cosmétiques naturels.

J’ai écrit de nombreux articles sur le blog – c’est mon domaine de prédilection – comme la différence entre les cosmétiques naturels et conventionnels,
Un exemple de routine bio et naturelle que l’on peut peut mettre en place pour commencer la transition.
Mes produits de maquillage naturels chouchou.
Et mes recettes pour réaliser des cosmétiques sains.


Dans ma chambre et la maison en général

Le changement par le tri

reduire-dechet-zero-waste-minimaliste-tri-affaire-vetement-objet-ocassion-seconde-main-kick-my-mind

Je crois que la chose la plus importante à faire dans sa maison et en particulier dans la chambre, c’est du tri ! Car nous avons beaucoup trop d’affaires, nous accumulons pleins de choses qu’on croit indispensables alors qu’au final nous n’en n’avons pas besoin.

La méthode de Marie Kondo est très connue pour savoir s’organiser et commencer son tri. Elle a écrit un livre « la magie du rangement » et a même une série Neflix – on laisse juger de la qualité de la série mais ça donne une idée pour ceux que ça intéresse –

J’ai fait de nombreux tri lors de mes déménagements. J’ai fait un article pour expliquer comment je procède au tri et me sépare de mes affaires.

L’achat éthique et le seconde main

  • Lorsque j’ai besoin d’acheter quelque chose – que ce soit un objet ou bien des vêtements – je regarde déjà si l’objet souhaité existe d’occasion. On privilégie donc le seconde main grâce à des plateformes comme Le Bon Coin, Marketplace de Facebook, Vinted… On trouve de tout et on peut faire de vraies bonnes affaires et économies !
  • Si jamais je ne trouve pas ce que je recherche, je me tourne en priorité vers les produits éthiques, fait main, Français etc pour la déco, les meubles, les vêtements et… tout !

J’aime beaucoup la plateforme éthique Dream Act qui permet de trouver tous les produits du quotidien. Mais il en existe plein d’autres et une fois que l’on recherche, on se rend compte qu’il existe de nombreuses marques éthiques et naturelles que ce soit dans les cosmétiques, l’habillement, la déco, les meubles, l’art de la table… C’est juste qu’on en n’entend moins parler et qu’elles n’ont pas forcément le budget pub pour passer sur les grands média – contrairement aux marques que l’on trouve dans notre supermarché –

Concernant la filière de l’habillement, je vous recommande vivement de regarder le documentaire The True Cost, une série Netflix. En tant qu’ancienne acheteuse compulsive – oui, vraiment je peux le dire – ça remet les idées en place sur la réalité et le vrai coup/coût à payer pour la fabrication de nos vêtements.


Pour mes technologies

réduire-impact-environnement-emprunte-carbone-ecologie-environnement-technologie-electronique-electromenager

Dans la même démarche de tri et de minimalisme, est-ce qu’on a besoin de tous ces électroménagers, de tout cet électronique ?

Personnellement, je n’ai pas besoin de sèche-linge, d’un gros congélateur, de fer à repasser et je me suis séparée récemment de mon micro-ondes.
Je vous invite à la réflexion de ce que vous utilisez et ce que vous jugez indispensable dans votre quotidien.

Idem dans la course aux dernières technologies, est-ce que ce nouveau téléphone, cette télé encore plus grande sont vraiment utiles ?
Est-ce que j’ai besoin de ces abonnements de divertissement ? Je pense par exemple à Neflix qui dans mon cas ai supprimé et je ne le reprends que quelques mois dans l’année quand une série que j’attends est disponible ou pour voir les nouveaux films et documentaires – car il ne faut pas se mentir, c’est tout le temps la même chose qu’on y trouve d’un mois à l’autre… –

Tout ce qui est électronique contient des métaux rares et précieux qui ont un impact écologique et social car ils sont extraits dans majoritairement des cas par des personnes sous-payées.

  • On pense à réparer notre électroménager quand cela est possible – car la plupart des marques font tout pour bloquer l’ouverture des objets et les pièces détachées sont très dures voir impossible à se procurer, tout ça pour pousser à la consommation de nouveaux objets –.
  • On privilégie l’occasion et le seconde main. Il y a des plateformes comme Back Market qui réparent, reconditionnent les objets pour les remettre de nouveau sur le marché.
    Fair Phone est le premier smartphone éthique et entièrement traçable dans la provenance des matériaux.
  • On pense à éteindre nos appareils électroménagers plutôt que de les mettre en veille car dans ce cas, ils consomment toujours un peu d’énergie. Et on débranche les fils quand les appareils ne sont pas utilisés, je pense par exemple aux câbles pour charger téléphone et ordinateur portable, car l’électricité sort de la prise, parcourt le long du câble et si rien n’y est branché fait demi-tour. Donc ça consomme de l’énergie pour rien et abîme au passage les câbles.
  • Un appareil encrassé consomme plus d’énergie pour fonctionner. Je pense par exemple au réfrigérateur-congélateur qu’il faut penser à dégivrer régulièrement pour enlever la couche de givre.
  • Pour les derniers appareils fonctionnant avec des piles (télécommandes, lampes torche, jouets…) on peut utiliser des piles rechargeables, ce qui évite à chaque fois de jeter des produits toxiques.

Pour ma navigation internet

réduire-impact-environnement-emprunte-carbone-ecologie-ecologique-environnement-internet-technologiekick-my-mind

Internet est un très bel outil où l’on peut trouver toutes les informations – la preuve vous êtes ici à me lire 😉 – mais il ne faut pas négliger l’impact écologique que cela a. Car qui dit internet, dit stockage des données, dit centres de serveurs et autres technologies climatisés et dit utilisation de métaux lourds rares.

Les plus grosses entreprises, les « Géants » de ce monde, sont les sociétés de nouvelles technologies – vous savez, la Silicon Valley, Google, Facebook, Apple, Amazon… et j’en passe –.
Donc quand vous utilisez votre ordinateur et naviguez sur internet, vous contribuez à l’enrichissement de ces entreprises. Et on ne peut pas dire qu’elles aient une forte sensibilité écologique, éthique et sociale… Ces marques sont même plutôt au cœur de nombreux scandales.

  • A la place du plus connu Google, on peut utiliser un moteur de recherche éthique comme Ecosia où chaque publicité suite à votre recherche internet permet de contribuer à planter des arbres.

Comme expliqué ci-dessus, l’impact écologique d’internet est les nombreux centres de stockage que cela implique. Donc plus il y a de données enregistrées sur internet, plus il faut de serveur et de centres de stockage.

  • On peut donc influer en limitant son stockage en ligne : on pense à vider sa boîte mail régulièrement pour ne garder que les mails importants. Au lieu de stocker sur des « clouds » donc sur internet, on stocke nos photos, vidéos et documents sur l’ordinateur avec sauvegarde sur un disque dur externe, clés USB…
    On pense à tout ce qu’on stocke sur internet, si on a des vidéos sur une chaîne Youtube, des réseaux sociaux, des sites internet – le blog dans mon cas – toutes ces choses immatérielles doivent être transformées en matériel et être stockées et gérées quelque part.

Pour les bébés et enfants

cosmetique-soin-bebe-enfant-bio-naturel-green-vs-conventionnel-ingredients-inci-kick-my-mind

Avoir un enfant – même si je n’en n’ai pas encore – on connaît bien le dicton que c’est un gouffre financier ! Et malheureusement aussi écologique dans nos sociétés.
Mais il est possible de faire autrement, pour le bien-être de votre porte-monnaie, de votre enfant et de la planète.

Dès la naissance, on met le bébé au contact de substances toxiques et perturbatrices endocriniennes que ce soit dans les soins, les vêtements, les couches, les jouets…

Tout d’abord mon sujet de prédilection : les cosmétiques. Les soins pour bébé sont remplis d’ingrédients toxiques et issus de la pétrochimie. Les fameuses mentions « hypoallergénique », « testé sous contrôle dermatologique » sont fausses et abusives. Je vous invite à vous pencher sur les compositions des ingrédients et la fameuse liste INCI.

  • Comme pour l’adulte, on choisit les produits bio et naturels, on privilégie les matières brutes comme une huile, du gel d’aloe vera, du savon solide, des lingettes et cotons réutilisables pour la toilette…

Les vêtements sont également remplis de substances chimiques (pesticides, colorants synthétiques…) Voici un article pour en savoir plus sur les substances chimiques dans les vêtements.

  • On privilégie des matières naturelles (coton, lin, chanvre) et biologique.
  • Les enfants grandissant vite, ils portent leurs vêtements très peu de temps. On peut donc les revendre et acheter des vêtements de seconde main.
  • Les couches sont également remplies de substances toxiques. Il existe des marques plus saines qui tentent vers une composition plus biodégradable, mais malheureusement encore aucune couche n’est entièrement recyclable et biodégradable. Le meilleur moyen de réduire son impact face aux quantités astronomiques de couches utilisées restent les couches lavables. Il en existe des très bien et fonctionnelles, loin de la vieille image des couches d’antan.

Mes actions sociales et environnementales

Actions-réduire-impact-environnement-emprunte-carbone-ecologie-ecologique-environnement-petit-pas-kick-my-mind

Après avoir fait le tour des actions que l’on peut mettre en place chez soi, dans son quotidien, on peut également se tourner vers l’extérieur.

  • On peut choisir de placer son argent au sein de banques solidaires et sociales qui privilégiant le financement des projets éthiques et locaux, comme La Nef et le Crédit Coopératif.

Voici un article sur la liste des banques éthiques et pourquoi il est important de responsabiliser ses placements.
Et calculez l’emprunte carbone de votre argent.

  • On fait attention à sa consommation d’eau. On coupe bien les robinets quand on n’en n’a pas besoin (quand on se brosse les dents, le corps…). On peut placer des économiseurs d’eau au bout de nos robinets, placer une bouteille remplie dans la chasse des toilettes pour diminuer la quantité utilisée…
  • On essaie au maximum de végétaliser notre intérieur et extérieur si on a un jardin. Mais on peut également planter des arbres dans des terrains vagues ou faire pression auprès des organismes locaux et Mairies pour les encourager à planter encore plus d’arbres.
  • Les transports sont la première source de pollution, il est donc important d’y apporter toute notre attention. On limite l’avion, voir le supprime complètement, on privilégie les transports en commun dans la ville quand cela est possible et les déplacements en train.
  • On peut s’engager, contribuer financièrement, signer les pétitions d’associations qui luttent pour des causes sociales et écologiques.

Personnellement, je reçois et signe les pétitions de WWF, Greenpeace, Agir pour l’environnement, Mes Opinions, Change… Et il doit en exister pleins d’autres.


N’oubliez pas que chaque petit pas et action compte !

Vous pouvez également en parler autour de vous, des actions que vous avez mis ou que vous souhaitez mettre en place dans votre quotidien.
Quand on change nos habitudes cela interpelle notre entourage (famille, amis, au travail…) et les personnes curieuses vous poseront des questions et seront peut-être à leur tour intéressées et sensibilisées.

C’est une longue chaîne humaine, il suffit d’une petite action à mettre dans son quotidien qui donne l’idée à une autre personne d’en faire de même et ainsi de suite.

citation-motivation-mots-petit-bout-pas-action-changement-monde-individu-kick-my-mind

Notre pouvoir ! Le pouvoir d’achat

Nous vivons dans un monde où tout est basé sur la monnaie. Nous avons donc un pouvoir avec notre argent, notre « Pouvoir d’Achat », d’acheter et de continuer cet engrenage ou au contraire de boycotter et arrêter d’acheter certains produits, auprès de certaines entreprises pour privilégier et contribuer à financer une autre économie solidaire plus respectueuse de l’environnement.

Quand les actions ne viennent pas d’en haut, il faut qu’elles agissent par le bas, les foules, les citoyens. Chaque action individuelle peut devenir collective. Vous avez le pouvoir de changer les choses à votre échelle et à votre rythme !

Je pense avoir fait le tour des actions que j’avais en tête… N’hésitez pas à me donner d’autres actions en commentaire, de me dire ce que vous avez déjà entrepris, ce que vous souhaiterez mettre en place 🙂

Je conclue par cette célèbre citation :

citation-motivation-mots-etre-changement-monde-veut-valoir-gandhi-kick-my-mind

Affectueusement,
Kick My Mind

4 Responses

  1. Nardella jessica
    | Répondre

    Il est tard est c est très intéressant ca doit toucher le plus grand nombre , merci pour ses informations je compte bien tout lire . Force et courage .

    • Kick My Mind
      | Répondre

      Merci beaucoup ! En effet nous n’avons plus beaucoup de temps pour échanger la balance et il est important que les humains s’en rende compte, ainsi que de leurs actions. N’hésites pas à me partager tes actions 🙂

  2. Diarra
    | Répondre

    C urgent c le poumon principal de la terre qui brûle c très grave même une question de survie

    • Kick My Mind
      | Répondre

      Oui c’est sûr. Même si nous ne pouvons pas aller sur place éteindre les feux, on peut essayer de contribuer à l’environnement général

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.